ejegreve

 

"En janvier 2016, les éducatrices de jeunes enfants de l’équipe des P'tits loups travaillant au sein du foyer de l'Abri Temporaire d'Enfants, sont venues questionner la différence de salaire entre les membres du personnel (éducateurs/éducatrices spécialisé.e.s, éducatrices de jeunes enfants, moniteurs/monitrices éducateurs/éducatrices). Différence parfois conséquente pour des responsabilités et des conditions de travail identiques.

Le principe de "A travail égal salaire égal" n'est absolument pas respecté.

 La direction générale a mis plusieurs mois avant de nous répondre nous signifiant une fin de non-recevoir sans plus de question et sans l'entretien que nous avions demandé. Suite à un nouveau courrier où nous menacions de faire grève, nous avons cette fois été reçues. Lors de cet entretien, notre demande a été reconnue comme légitime et le directeur général a pris plusieurs engagements :

  • Prévoir pour les moniteurs/monitrices éducateurs/éducatrices, qui ont une formation plus courte, un vaste plan de formation
  • Transmettre en Assemblée Générale de direction la demande des éducatrices de jeunes enfants, dont la formation est similaire et identique en durée à celle des éducateurs/éducatrices spécialisé.e.s, voir ce qu'il est possible de faire et donner une réponse en janvier 2018.

 A ce jour, le premier engagement semble être suivi d'effet, bien que nous n'ayons eu qu'un accord oral, mais nous n'avons pas eu de réponse satisfaisante en ce qui concerne le second point. C’est pourquoi les éducatrices de jeunes enfants ont entamé mardi 15 mai 2018 une grève illimitée pour réclamer initialement :

  • un salaire égal éducatrices de jeunes enfants - éducateurs/éducatrices spécialisé.e.s à effet rétroactif depuis le début de chacun de nos contrats
  • un accord écrit attestant que les moniteurs/monitrices éducateurs/éducatrices en poste et celles/ceux à venir seront prioritaires dans leur demande de formation d'éducatrices de jeunes enfants ou d’éducateurs/éducatrices spécialisé.e.s

 Depuis cette date, la direction cherche visiblement à gagner du temps, ne rentre pas dans les négociations malgré nos concessions (rétroactivité moindre…) et nous demande à chaque entrevue d’arrêter la grève tout en nous signifiant leur désapprobation quant à notre manière d’agir, à savoir nous mettre en grève et vouloir la continuer.

 De plus, afin de briser notre grève, la direction embauche des intérimaires pour nous remplacer et ce depuis le premier jour. Action totalement illégale. Nous continuons donc notre mouvement et notre détermination est toujours la même.

 Par ailleurs, nous soutenons toutes les revendications et grèves concernant les conditions de travail que ce soit dans le secteur de la santé, du social, de l'éducation ou des transports!"

Retrouvez toutes les informations sur la page Facebook du mouvement EJE Paris

Et apparemment, après 22 jours de grève, un accord a été passé entre les grêvistes et la Direction Générale. 

Plus d'informations sur la page Facebook.